Alice au pays des saveurs

Une armoire remplie de bonbons, d’herbes candies, de gelées et de confitures, de pickels, d’huiles et vinaigres parfumés,d’épices chaudes… Ouvrez la porte et partagez…

mardi 15 juillet

Cavatelli aux Poires au Monbazillac et Roquefort

Hier, je n'avais pas trop de courage. Après les travaux de jardinage et le repassage, je dois bien avouer que je n'avais guère envie de rester debout devant les fourneaux. Ce sont des choses qui arrivent. Je me suis donc laissée aller à utiliser quelques "cûtès peûres" qui attendaient sagement dans le congélateur qu'une idée me passe par la tête.

"Cûtè peûre" (prononcer comme cela s'écrit) en wallon liégeois signifie "poire cuite".

« Cûtès peûres, qui veut mes bonnes cûtès peûres », un cri que l’on entendait encore début des années 60
dans de nombreux quartiers populaires de Liège et alentours.
Ces succulents fruits, cuits généralement à l’étouffée dans les fours des boulangers, n’étaient autre que des poires de St Remy provenant des vergers et bocages et fermes de notre région qui regorgeaient de bien d’autres variétés de pommes et poires aujourd’hui disparues.
La poire de Saint-Remy, cueillie début octobre, se conservait, généralement pour être cuite et
accompagner divers plats, mais dans les années 60 – culture intensives obligent – le nombre de vergers traditionnels a diminué de l'ordre de 90%.

Autrefois, pour cuire les poires de Saint Remy, on plaçait les fruits dans une caissette de forme spéciale, au fond à claire-voie et nommée crûle, qu'on déposait à l'entrée du four du boulanger et dans les familles, les poires étaient cuites à l'étouffée dans un récipient en terre cuite.
C’est souvent dans une boîte avec un couvercle en zinc que les marchandes qui portaient les poires sur la tête, déambulaient très tôt dans la ville et les villages.

Aujourd’hui on a quelque peu amélioré la recette. Mais pour la réussir il vous faudra toujours une bonne St Remy. Pelez les poires (sans détacher la queue) et posez-les sur leur base dans une casserole. Pour un bon jus sirupeux pour 8 petites poires : 3 dl de vin rouge - une cuillère à soupe bombée de sirop de Liège - cannelle - 100 gr de sucre - le jus de citron - 1 clous de girofle et l'écorce d'une orange. Filtrez ce jus et versez sur les poires et laissez cuire à feu doux jusqu'à ce que les poires soient fondantes. On peut aussi y incorporer du pèkèt en portant à ébullition quelques instants. Il ne reste plus qu'à servir les poires nappées de leur sirop. Si vous voulez que ce soit encore plus "riche", ajoutez-y une boule de glace à la vanille, ou de la chantilly. Vous pouvez risquer les deux si vous n'avez pas peur du cholestérol. C'est, dans tous les cas: délicieux.

http://www.proxiliege.netwww.proxiliege.net/index.php?page=article&id=2347&idrub=2

Mes cûtès peûres ne respectaient pas la recette traditionnelle. Je les avais préparées pour un dessert en remplaçant le vin rouge par du Monbazillac et le sirop de Liège par du miel d'acacia.

Cavatelli aux Poires
au Monbazillac et Roquefort

roquepoirevinai1

Ingrédients pour 2 personnesroquepoirevinai8

200 gr de cavatelli

ITEP008_1Les cavatelli (ou caserecci) sont des pâtes
italiennes de blé dur typiques de la région
des Pouilles. Elle mesurent environ 3 cm de
long et sont légèrement recourbées.

Si leur forme est similaire à celle des gnocchi
leur composition est très différente,
car les gnocchi sont la plupart du temps
à base de pomme de terre.

150 gr de roquefort
2 poires cuites au MonbazillacMonbazillac
un mélange de jeunes pousses de blette rouge et de salade de blé
quelques jeunes oignons
huile d'olive
vinaigre balsamique
sel
poivre noir du moulin

  1. Cuire les pâtes al dente. Passer sous l'eau froide et bien égoutter. Réserver au frais.

  2. Laver les salades.

  3. Couper le Roquefort et 1 poire et demie en cubes de 0.5 cm.
    Couper la demi poire restante en éventail.

  4. Préparer une vinaigrette avec l'huile, le balsamique, sel et poivre.

  5. Couper les oignons.

  6. Conserver le tout au réfrigérateur jusqu'au repas.

Au moment de servir,
mélanger délicatement les ingrédients.
Assaisonner à votre convenance de vinaigrette.
Servir avec du pain de seigle (pain noir)
simplement tartiné de beurre demi-sel.

Suivi d' un dessert
aux framboises du jardin
dont je vous donnerai la recette demain
ce petit repas avait tout pour plaire.

roquepoirevinai5

Posté par savoureusesaveur à 07:05 - la pasta et risotti - Commentaires [13] - Permalien [#]

Commentaires

  • Une jolie recette très originale comme toujours.
    A bientôt

    Posté par délices eyes, mardi 15 juillet à 12:33
  • Ta verrine est sensas et à mon gout ! je cuisine énormément le roquefort ou bleu enfin tous fromages certes, mais roquefort et poire j'ai déjà fait et c'est un régal ! Tu me donnes très faim à vrai dire, bon je m'en vais loll
    bises

    Posté par Mamounette, mardi 15 juillet à 12:43
  • Une explosion en bouche !

    Le roquefort-Monbazillac est une tuerie ! ( ou avec du Sauternes ), perso, quand j'en mange, je reprends toujours un fond de Monbazillac pour reprendre du roquefort. Puis il me reste du roquefort donc je reprends une goutte de Monbazillac. Puis il me reste du Monbazillac donc je reprends du roquefort ... Bref, c'est sans fin ET sans faim :p

    Tes verrines m'ouvrent l'appétit à un point !

    Bises,

    Posté par Eryn, mardi 15 juillet à 13:16
  • L'originalité au service du goût, comme d'habitude, tu me donnes des regrets pour tu sais quoi!

    Posté par mamina, mardi 15 juillet à 13:17
  • Ca donne envie!

    Posté par Lisanka, mardi 15 juillet à 13:29
  • Deux ingrédients communs pour nos recettes de poires et fromage pour le dessert.
    Mais ton manque de courage est tout de même plus élaboré, plus travaillé et plus raffiné que le mien.
    Bravo.

    Posté par mijo, mardi 15 juillet à 14:01
  • Avec la chaleur qui règne chez nous elle serait la bienvenue.
    J'aime les pâtes en terrine ou salade et les autres ingrédients me conviennent aussi.
    bises

    Posté par michette, mardi 15 juillet à 14:16
  • Poire et Roquefort ont toujours fait bon ménage... Belle idée.

    Posté par Manu, mardi 15 juillet à 14:53
  • Ces verrines, en plus d'être magnifiques, devaient être sublimes... comme tout ce que tu fais!

    Posté par Miss Diane, mardi 15 juillet à 20:02
  • Ma belle !

    T'imagines bien qu'avec les cutes peures, tu me touches en plein coeur (ou estomac, ch'sais pas bien). Les cutes peures, c'est chez moi (chez nous) et je les connais depuis que je suis enfant (1833) ! Merci de les mettre à l'honneur et de les détourner avec autant de classe (put... j'devrais être habitué pourtant avec toi !)

    Posté par Philou, mardi 15 juillet à 20:39
  • c'est vraiment superbe, très joliment présenté!!!

    Posté par labas, mardi 15 juillet à 23:35
  • Très très belle réalisation encore une fois Fabienne. Tu les trouves encore les poires de St Remy?
    Naturellement il va s'en dire qu'en grand fan que je suis, j'aurais utilisé du Stilton au lieu du Roquefort.

    Posté par MARK, mardi 15 juillet à 23:39
  • les cûtes peures de ma grand mère.... c'était un vrai delice, ta version me plait tout autant.... ah cette fabienne !!

    Posté par sandrine, mercredi 16 juillet à 22:32

Poster un commentaire